Back to Top

L’ auto-hypnose

L’auto-hypnose au bureau : mode d’emploi

Vous connaissez sans doute l’hypnose et sa petite soeur, l’auto-hypnose. Peut-être même les avez-vous déjà intégrées à votre quotidien. Mais avez-vous pensé à pratiquer l’auto-hypnose au bureau ? Zoom les avantages de l’auto-hypnose dans le cadre professionnel et sur quelques astuces pour pratiquer… en toute sérénité.

L’auto-hypnose : késako ?

Nous avons tous déjà entendu parler au moins une fois d’hypnose, objet de toutes les curiosités très en vogue dernièrement et popularisé notamment par des émissions télévisées telles que « Stars sous hypnose » (dont l’authenticité reste sujette à débat). Toutefois, rien de magique ou d’occulte là-dedans : l’hypnose est avant tout une technique thérapeutique destinée à soigner les maux de l’esprit, voire du corps. Elle a fait ses preuves dans le traitement du mal-être psychologique, des addictions, des insomnies, des troubles du comportement alimentaire (TCA) ou encore des excès de stress. La médecine conventionnelle a fini par l’intégrer à certaines de ses pratiques, notamment dans la gestion de la douleur et des appréhensions pré-opératoires.

Être hypnotisé, c’est se trouver dans un état psychologique bien particulier, à mi-chemin entre l’endormissement et l’engourdissement mental, pour atteindre une forme de communion profonde avec son inconscient et un niveau de réceptivité bien supérieur à l’ordinaire. Elle se pratique généralement sur rendez-vous auprès d’un hypnothérapeute, qui accompagne son patient tout au long du processus introspectif. Mais elle est également envisageable en solitaire, sans recourir aux services d’un professionnel : on parle alors d’auto-hypnose. Dans ce cas de figure, le patient a préalablement appris les rudiments de l’hypnose auprès d’un spécialiste afin d’être en mesure de prendre en main son propre cheminement sur les voies de l’inconscient.

« Comment devenir ami avec son inconscient. C’est lui qui vous ouvrira les porte de la magie.. L’âme agit… » O. Lockert

Quels avantages de l’auto-hypnose au travail ?

De la même manière que notre esprit à tendance à instaurer une barrière quasi infranchissable entre espace privé et espace professionnel, pratiquer l’auto-hypnose depuis chez soi et au bureau nous apparaissent comme deux perspectives bien distinctes. Pourtant, il serait regrettable de limiter les bénéfices de l’auto-hypnose à la seule sphère de la vie privée.

Un service à la demande

L’avantage certain de l’auto-hypnose, c’est que vous pouvez la pratiquer en solo, où vous voulez, quand vous voulez. Nul besoin de programmer un rendez-vous ou de faire venir directement un hypnothérapeute à une date ultérieure : vous êtes seul maître et êtes, par conséquent, libre de demeurer à l’écoute de votre corps, de votre esprit et de leurs besoins ponctuels. Alors, que vous soyez chez vous dans votre canapé ou au bureau devant votre poste de travail, l’auto-hypnose est possible, pour peu que vous parveniez à atteindre l’état de concentration et de relâchement nécessaire.

Gérer son anxiété

Votre supérieur hiérarchique vient de vous donner un gros dossier à terminer dans un délai effroyablement restreint. En parallèle, votre téléphone n’arrête pas sonner, et votre collègue prend à malin plaisir à remuer le couteau dans la plaie en pouffant devant votre pile de dossiers en cours de traitement. Vous sentez les palpitations vous envahir, vos membres se mettent à trembloter et vous êtes pris de vertige : vous vous connaissez, vous comprenez que vous faites une crise d’angoisse.

Ces scénarios, tout dramatiques qu’ils puissent sembler, sont loin d’être des cas isolés. Dans une société qui pousse sans relâche à la performance et où chacun craint de perdre son poste à chaque faux pas, il va de soi que le stress a tout lieu de faire son nid. En Europe, on estime qu’un quart des travailleurs sont stressés pendant leurs heures de travail.

L’angoisse puise généralement sa source dans les méandres de l’inconscient. Ainsi, l’auto-hypnose peut vous permettre de retrouver une certaine sérénité dans votre vie professionnelle. En cas de coup dur, de montée d’adrénaline ou de symptômes précurseurs de la crise de panique, elle sera un allié précieux pour aller de l’avant.

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à voir de nouveaux paysages, mais à voir avec de nouveaux yeux. »    Marcel Proust

Booster sa concentration

Au travail, nous passons tous nécessairement par des phases où notre cerveau reste focalisé sur l’activité menée, et d’autres au contraire où nous sommes malgré nous plus sensibles à toutes les distractions extérieures. Du reste, certaines personnes éprouvent plus de difficultés que la moyenne à se concentrer.

Si une patate chaude vous tombe entre les bras et que vous vous sentez davantage enclin à papillonner, l’auto-hypnose se révélera d’un grand secours pour vous aider à atteindre le niveau de concentration souhaité. En effet, en communiquant avec votre inconscient, vous serez à même d’y implanter la conviction selon laquelle vous êtes, effectivement, concentré. L’entrée en état de transe elle-même est dépendante d’une bonne concentration, qui sera de plus en plus palpable au fur et à mesure que vous vous entraînerez à pratiquer l’auto-hypnose.

Doper son estime de soi

Que ceux qui n’ont jamais ressenti la moindre frustration au bureau lèvent la main. On a parfois la désagréable impression que notre travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Rien de tel pour démotiver les troupes et favoriser le repli sur soi des travailleurs, surtout les moins assurés d’entre eux.

Il serait regrettable que ce que vous percevez comme un manque de reconnaissance vienne entacher votre épanouissement professionnel et vous mène à la dépréciation. Alors, à vous d’intervenir… depuis l’intérieur ! Avant de négocier avec un client important ou de présenter un diaporama lors d’une réunion, si vous doutez soudainement de vos capacités, prenez un instant pour pratiquer l’auto-hypnose et retrouver, tout au fond de vous, les innombrables ressources dont vous disposez pour reprendre confiance en vous.

« Il t’appartient d’opérer des choix et de modifier les circonstances présentes. Tu peux changer ton avenir. »  Dan Millman, « le guerrier pacifique »

Lutter contre la fatigue

Avec un temps de travail journalier oscillant entre sept et dix heures pour les salariés à temps plein, rien d’étonnant à ce que la fatigue se fasse sentir avant la fin de la journée, accompagnée de tous ces effets indésirables qui nuisent à la qualité de votre travail.

Si l’auto-hypnose ne peut évidemment pas remplacer les effets réparateurs d’une bonne nuit de sommeil, elle peut néanmoins vous ragaillardir et vous aider à repartir du bon pied pour mener à bien vos tâches professionnelles.

Comment pratiquer au bureau ?

Si la pratique de l’auto-hypnose au bureau est envisageable (voire souhaitable), reste que la séance doit se plier à quelques spécificités organisationnelles inhérentes au lieu d’exercice. À mois que vous ne fassiez partie d’une population de privilégiés (sachez que Google propose des sièges massants à ses employés pour se relaxer), vous risquez de peiner à trouver de quoi vous allonger dans vos locaux. Les exercices devront donc se faire assis, sur votre chaise de bureau. Pas question non plus de déranger ses collègues pendant son voyage introspectif ou, à l’inverse, de tenter l’expérience dans un lieu de passage, peu propice à la concentration. Choisissez de préférence un endroit calme, isolé si vous en ressentez le besoin, ou bien un moment où vos collègues vaquent à d’autres occupations (pendant la pause repas, par exemple).

« Parfois il faut perdre ses esprits pour revenir à la raison. » « Le Guerrier pacifique »

Se mettre à l’aise

Vous ne parviendrez pas à atteindre un état hypnotique si votre esprit ne se détache pas (provisoirement, s’entend) de la pleine conscience du lieu où il se trouve et des obligations qui l’y appellent. Avant d’être mentale, la déconnexion doit être physique.

Par conséquent, n’hésitez pas à vous mettre à l’aise. Desserrez votre ceinture de quelques crans. Les femmes pourront enlever les bijoux lourds, notamment les boucles d’oreille. Si vous ne souffrez pas de transpiration excessive des pieds, déchaussez-vous. Laissez de côté votre montre et son tic-tac oppressant. Vous avez alors toutes les cartes en main pour réussir votre auto-hypnose.

L’auto-hypnose guidée

Si vous ne maîtrisez pas encore totalement les techniques de l’auto-hypnose et que vous ressentez le besoin d’être accompagné pendant votre exercice, sachez que l’on trouve désormais à la vente des supports MP3 à l’auto-hypnose guidée, et même des tutoriels dédiés sur Youtube. Tout ce dont vous aurez besoin, c’est donc d’une paire d’écouteurs et d’un ordinateur.

La micro-sieste

Si vous vous sentez particulièrement fatigué, ou que vous avez besoin d’arriver en pleine forme à un rendez-vous, il est possible d’allier l’auto-hypnose à une récupération physique et mentale plus aboutie grâce au principe de la micro-sieste. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une sieste de très courte durée (généralement moins de dix minutes), qui ne dépasse pas le stade de la somnolence. Toutefois, libre à vous de programmer une alarme sur votre portable pour vous rassurer. Grâce à la micro-sieste, vos muscles se relâchent, votre rythme cardiaque ralentit, et vous vous « réveillez » détendu et ragaillardi. Avec un entraînement régulier, vous parviendrez sans souci à atteindre cet état en quelques instants.

Vers un mode de travail modernisé ?

Certains pourront objecter que la perspective de pratiquer l’auto-hypnose au bureau se trouve néanmoins entravée par quelques obstacles. Ceux-ci peuvent être purement subjectifs : l’idée de faire montre d’une forme de vulnérabilité en se laissant aller à un état hypnotique au vu et au su de ses collègues est sans doute en bonne place parmi eux. Mais aussi culturels : en France, toute période d’inactivité, a fortiori les siestes, est perçue comme de la paresse.

Rappelons que les moeurs évoluent sur la base des besoins et revendications des populations. Au pays du Soleil-Levant, la sieste au travail est largement démocratisée et encouragée par les entreprises, dans la mesure où apporter une réponse positive à ce besoin physiologique permet d’augmenter la productivité des employés. Reculer pour mieux sauter, en somme. Les Chinois sont même allés plus loin en inscrivant le droit à la sieste dans leur constitution !

Si dans l’Hexagone les périodes de repos et de détente restent connotées comme l’apanage des tire-au- flanc, leur légitimité dans une société en proie à ces nouveaux maux du XXIème siècle que sont le stress et la fatigue (d’après une étude Ipsos de 2011, 61% des Français se déclarent fatigués) est de plus en plus prégnante. Si l’auto-hypnose vous permet de retrouver un bien être mis en péril par votre travail et que vos collègues s’aperçoivent du regain de vitalité que vous en retirez, vous pourrez peut-être contribuer à l’évolution des mentalités au sein de votre entreprise. Et pourquoi pas, convertir vos collègues à cette pratique bénéfique encore peu répandue, en allant jusqu’à instaurer une plage horaire dédiée ?

« (…) Honnêtement ? Il n’y a aucun risque à utiliser l’hypnose ! Oui nous pouvons tous y arriver, il suffit de PRATIQUER ! »

Conclusion

Vous l’avez vu, l’auto-hypnose dispose de sérieux atouts pour vous soutenir au quotidien, tant sur le plan intime que professionnel, et sa pratique au bureau est tout à fait envisageable. Il ne vous reste plus qu’à vous y exercer ! N’hésitez pas à vous faire conseiller par un hypnothérapeute pour vos premiers pas.

*Source :http://www.prismevolution.fr/formations-coach/formations-hypnose/

Changement pour une nouvelle impulsion de vie